lab 2020

Stravinsky Nègre

dans le cadre de Frontière(s) à la MPAA/Breguet

22 avril – 26 septembre 2020

Avec comme fondement, le respect des droits humains et la mise en oeuvre du droit culturel, la MPAA m’invite  à transmettre STRAVINSKY NÈGRE, une réadaptation collective du sacre du printemps version africaine.

Entre tradition et modernité Stravinsky Nègre est l’une de mes  pièces chorégraphiques intergénérationnelle que je vais transmettre dans le cadre de ce projet « Frontière(s) » où La MPAA et ses partenaires ouvrent ses  portes d’ateliers, d’événements festifs et participatifs et de spectacles qui mettront à l’honneur le quartier Saint-Blaise et tout le 20e arrondissement. Quel Bonheur ! 

https://www.mpaa.fr/programmation/stravinsky-negre

Chaque année, la MPAA propose un fil rouge artistique sur un quartier donné, afin d’en embrasser toutes les nuances et de proposer des réponses artistiques aux enjeux sociaux, urbanistique, sportifs, éducatifs, etc. Il s’agit d’une exploration artistique du territoire, invitant largement les habitant-e-s et les structures de tous les domaines à participer : culturelles, sociales, éducatives, sportives, …

En 2020, la MPAA propose de s’arrêter dans le 20ème arrondissement et de questionner ce qui fait Frontière(s).

Stravinsky Nègre, Georgette Kala-Lobé sous la direction artistique de Pier Lamandé, reprend ses fameux solis et en propose une déambulation insolite dans le 20ème.

Stravinsky Nègre © AAPERTURA, 2013

« Stravinsky Nègre est  une libre adaptation du Sacre du printemps d’Igor Stravinsky ; libre adaptation  et inspiration, nous avons délibérément franchi le rubicond pour  atterir chez  les petits génies de la forêt africaine , la trame de la pièce part de  cette héroïne amené au sacrifice ultime pour permettre au printemps de renaître ; Julien Beau et Vincent Bruley sont les compositeurs des sons et de la musique qui accompagne de leurs fluidité cette magique histoire ; cette création se déploiera en une multitude de petits solis qui seront présentés dans le cadre du projet territorial Frontières. » Georgette Kala-Lobé