MPAA

Stravinsky Nègre dans le cadre de Frontière(s)

26 septembre 2020, MPAA / Saint-Blaise

Avec comme fondement, le respect des droits humains et la mise en oeuvre du droit culturel, la MPAA m’invite à transmettre STRAVINSKY NÈGRE une réadaptation collective du sacre du printemps version Africaine par Georgette Kala-Lobé.

La Grande Tablée

25 partenaires, 175 participant·e·s et 20 artistes mettent à l’honneur des voix, des corps, des textes, des performances insolites et musicales qui sont autant de liens poétiques et fragiles. De la Plaine, en passant par la Réunion, à l’ombre des Amandiers, sur les hauteurs de Belleville, en marchant dans les Fougères, le banquet se dresse à Saint-Blaise…

Entre tradition et modernité Stravinsky Nègre est l’une de mes  pièces chorégraphiques intergénérationnelle que je vais transmettre dans le cadre du projet « Frontière(s) » où La MPAA et ses partenaires ouvrent ses  portes d’ateliers, d’événements festifs et participatifs, et de spectacles qui mettrons à l’honneur le quartier Saint-Blaise et tout le 20e arrondissement. Quel Bonheur ! 

Programmation

Chaque année, la MPAA propose un fil rouge artistique sur un quartier donné, afin d’en embrasser toutes les nuances et de proposer des réponses artistiques aux enjeux sociaux, urbanistique, sportifs, éducatifs, etc. Il s’agit d’une exploration artistique du territoire, invitant largement les habitant-e-s et les structures de tous les domaines à participer : culturelles, sociales, éducatives, sportives, …

En 2020, la MPAA propose de s’arrêter dans le 20ème arrondissement et de questionner ce qui fait Frontière(s).

À l’occasion du centenaire du Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky, la chorégraphe Georgette Kala-Lobé propose une réadaptation collective de cette oeuvre qu’elle a déjà reprise en solo. 
Quittons la Russie originelle pour la forêt africaine, où se livre là aussi un rite célébrant l’arrivée du printemps et au cours duquel une jeune fille est cruellement sacrifiée pour remercier les dieux.
Entre modernité et tradition, le spectacle s’écrit au fil d’une multitude de petit soli qui se déploieront lors de la journée point d’orgue de Frontière(s), le 26 septembre prochain. 

Julien Beau et Vincent Bruley, deux jeunes compositeurs français, crée un univers sonore reflétant les différentes phases de l’évolution de l’élue.  Stravinsky Nègre, de Georgette Kala-Lobé sous la direction artistique de Pier Lamandé, reprend ses fameux solis et en propose une déambulation insolite dans le 20ème.